Quand la théorie des jeux nous fait marcher

Selon la théorie des jeux, la libre concurrence n’est pas toujours idéale pour la société. À travers cette perspective, les économistes Gaëtan Fournier et Marco Scarsini étudient la compétition spatiale entre plusieurs vendeurs. Ces derniers choisissent leur emplacement pour maximiser leur profit.

Ici, le coût est multiplié par deux : les acheteurs doivent se déplacer deux fois plus loin à l’équilibre que dans l’optimum. Cette conclusion pointe du doigt l’ampleur du décalage entre les pires scénarios de libre-concurrence et les situations idéales. Elle met en évidence comment la recherche égoïste du profit ne conduit pas nécessairement au bien commun. Alors que la collaboration ou la recherche du bien-être collectif pourrait réduire le coût social du consommateur, la libre-concurrence, elle, ne permet pas toujours d’atteindre un idéal social. https://lejournal.cnrs.fr/nos-blogs/dialogues-economiques/quand-la-theorie-des-jeux-nous-fait-marcher

Creative Commons License
Except where otherwise noted, Symbioses Citoyennes by Silvère Mercier is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License.